Covid-19: L’impact de la pandémie sur le monde sportif, les journalistes sportifs s’expriment

0
90

Le coronavirus, c’est la pandémie qui paralyse actuellement tous les secteurs d’activités du monde sans exception. Mais l’un des secteurs les plus affectés est celui de la presse notamment celle sportive.
Apparu en décembre 2019, Ce maudit virus nommé covid-19 par l’organisation mondiale de la santé(OMS), a pénalisé l’économie mondiale. Mais la presse sportive qui vit à travers des informations sportives est sérieusement impacté par cette maladie planétaire .

Les différentes rédactions sportives audiovisuelles, les sites et autres organes de presse spécialisés du sport, se retrouvent aujourd’hui dans la plus grande galère. Nombreux n’arrive même pas a animé leurs émissions respectives ou alimenter leurs sites par faute d’obtention d’information due à l’arrêt de toutes les disciplines sportive à travers le monde. Une situation qui agresse sérieusement l’économie des médias privés qui ne vivent que de la publicité. Alors que le gouvernement n’a pas pris en compte cette couche dans son plan de riposte, certains organes se voient même supprimé sur la liste des médias devant recevoir la subvention de l’année 2019. Une situation qui vient davantage renforcer ces organes de presse dans la crise financière au quelle ils sont confronté.
Notre rédaction a joint certains confrères et responsables de sites pour toucher du doigt des réalités des difficultés dont souffre les journalistes sportifs en cette période de pandémie.

Sékouna Camara du service des sports de la RTG donne son avis, «C’est un moment difficile pour deux raisons : vous avez les activités sportives qui sont à l’arrêt. Et ces activités sportives qui sont notre passion, on peut même dire que c’est notre raison d’être. On n’est privé de notre activité préférée, le plaisir des événements sportifs. Il y’a aussi le confinement. Nous n’avons pas notre plaisir et nous sommes contraint de rester à la maison. Ces deux raisons fondamentales font que nous passons un moment difficile».

Hamidou Kibola Bangoura , administrateur général du site africasport.org renchéri, «C’est une période assez difficile pour les journalistes sportifs, vous savez presque tous les sports, tous les championnats sont arrêtés à travers le monde. Donc cela voudrait dire que pratiquement à l’heure actuelle les journalistes sportifs n’existent pas. Parce que quant il n’y a d’information sportive, il n’y a pas de journaliste sportif. Mais pour faire fasse ou s’adapter au contexte actuel, chaque rédaction à travers ce que j’ai pu remarquer ça et là, par exemple chez nous à africasport.org, nous avons trouvé un plan de travail assez spécifique à notre rédaction. Nous nous sommes dis qu’il faut créer des sujets initiés comme le font les autres médias, histoire de fidéliser nos lecteurs. C’est vrai qu’il y’a la maladie mais ils ont droit aussi à l’information. Sur le plan financier c’est là le gros problème. Vous remarquerez, qu’il y a beaucoup de rédactions sportives qui sont pas entrain de travailler actuellement. Et cela veut dire qu’il y’a des patrons de presse qui ne sont pas entrain de faire fasse à leur engagement vis-à-vis de ses journalistes. Donc c’est une période non seulement difficile pour nous de trouver de l’information, mais également une période de galère financièrement parlant».

Kaba Kouyaté coordinateur des émissions sportives de la radio Soleil fm explique ses difficultés, «Depuis l’apparition du covid-19 dans notre pays, la radio soleil a été l’une des radios qui a arrêté ses émissions. Il faut reconnaître aujourd’hui que nos auditeurs sont privé des informations liées aux sports. Actuellement nous sommes obligés de traiter certains sujets d’actualité concernant l’arrêt du championnat guinéen et d’autres championnat à travers le monde. Nous essayons également de réaliser des interview à distance avec les spécialistes du domaine juste pour honorer le contrat social qui nous lie à nos auditeurs. Parfois nous rencontrons des difficultés à rentrer en contact avec certaines personnalités qui ont du mal à décrocher leur téléphone».
Cette crise sanitaire, économique et sociale prive non seulement les amoureux des différents sports des engouements des stades et d’autres sites sportifs mais aussi d’information sportive en instantanée. Voici la la réaction de certains de nos confrères. Avec de telle difficulté, l’on se demande jusqu’où ira cette pandémie et quel sera le sort de ces différentes rédactions dans le futur.
Ensemble respectons les gestes barrières édités par les autorités sanitaires afin d’éradiquer ce maudit virus.

Mohamed Abdallah Gandéka
621598682/664883988

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here